La réforme territoriale, un regard sur le découpage de la métropole

Jean Luc Boeuf

Le territoire métropolitain subit également les vestiges de la réforme territoriale. Le « mariage des départements » figure d’ailleurs parmi les sujets délicats dans l’application de cette loi. À l’affiche des débats politiques : « le découpage métropolitain » qui concerne surtout Paris et Marseille. Si l’histoire a révélé des antécédents favorables à la fusion des métropoles telles que le Grand Lyon et les départements de Rhône. Les enjeux de l’affirmation des métropoles ont alors conduit à un changement de statut de ces derniers. Ce qui revient à parler d’un découpage métropolitain bien complexe sur plusieurs points de vue.

La fusion département – métropole

Un sujet très peu abordé, le mariage des départements au sein de la métropole. La question du comment se pose sur la faisabilité économique, mais surtout géographique de ce genre de fusion. La métropole de Grand Paris va alors continuer de s’étendre. Le mariage département-métropole annonce l’union de 3 départements de petites couronnes avec la métropole. Les avis des diplomates et des spécialistes des collectivités territoriales divergent sur ce sujet. Une situation qui semble ne pas être similaire au cas du Grand Lyon. En effet, les positions des dirigeants risquent de fournir des faits peu conciliants à ce mariage. La réforme territoriale devient alors une source principale des discussions massives sur le plan politique, administratif et même social. Les départements pourront-ils « adhérer » facilement dans les grandes métropoles ?

La répartition géographique ou géométrique des futures régions ?

Dans ce mariage peu conventionnel d’une métropole et des départements environnant persistent des problèmes géographiques. La réforme territoriale prévoit évidemment une réduction du nombre des régions de l’Hexagone. L’affirmation des métropoles s’ajoute aussi à ce projet. Les dirigeants des trois couronnes ne voient pas cependant d’un bon œil leur mariage avec le Grand Paris. Le partage géographique risque alors de poser un problème au département des trois couronnes. Les questions fusent auprès des dirigeants en ce qui concerne leur mode de découpage. C’est par exemple le cas des Hauts-de-Seine ainsi que de Seine-Saint-Denis. Et la situation est également la même pour Marseille. Comment va se dérouler le morcèlement des Bouches-du-Rhône en ce qui la concerne .

Les avis de Jean Luc Boeuf

Outre les éminentes réticences des dirigeants de ces départements à voir leur contrée subdivisée de manière outrancière, Jean Luc Boeuf a également son point de vue sur le sujet. Ce haut fonctionnaire territorial, mais également un spécialiste des finances pubiques locales s’est prononcé clairement sur la réforme territoriale. En effet, ses observations ont conduit à certaines interrogations. Comme pour le cas du Grand Lyon le spécialiste a émis ses réserves sur le succès de ce genre de découpage. La territorialisation des métropoles présente des risques sur les fiscalités de ces dernières, mais aussi des communes. D’ailleurs, le gouvernement s’est déjà penché sur le sujet. Des mesures ont été prises pour mieux analyser les fiscalités entre ces deux territoires. (Lire cette vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=bMYmnhoXlT4 )

La loi concernant la fusion des collectivités territoriales recèle alors divers aspects mal accueillis par les dirigeants et le corps politique. Les analyses menées par les observateurs dénotent d’ailleurs des appréhensions sur le découpage métropolitain.