Trois types de victimes du renforcement des critères Iata selon le patron de Bourse de Vols

Fabrice Dariot, fondateur de Bourse des Vols partage et soutient le point de vue du Président de TourCom Richard Vainopoulos à propos des conséquences du durcissement des critères d’accréditation d’Iata qui, selon lui, va faire 3 principales victimes.

Des effets désastreux pour les petites structures de la profession

La décision d’Iata de renforcer ses critères d’accréditation pour la vente des billets d’avion n’est qu’un « prétexte fallacieux » pour soi-disant se prémunir des impayés dont les conséquences financières ne sont pas aussi importantes comparées à celles des fraudes sur internet.

Les agences de voyages indépendantes, dont le réseau de Richard Vainopoulos TourCom est l’un des plus vastes, seront les premières victimes étant donné que très peu d’entre elles auront la possibilité d’effectuer le paiement bimensuel du BSP. De plus, le nombre d’émissions sera plafonné par Iata en basant les crédits accordés aux agences sur les trois plus gros volumes mensuels de l’année.

Par ailleurs, les petites compagnies aériennes vont également en pâtir puisqu’ils ne feront pas le poids face aux grandes qui vont en profiter pour « tuer le concurrent ». Fabrice Dariot ajoute qu’elles auraient dû voir venir le problème puisqu’elles disposent d’un droit de vote chez Iata.

Les consommateurs également victimes

En se débarrassant de leurs concurrents, les grosses compagnies et gros distributeurs pourront appliquer les tarifs qu’ils veulent. Et bien entendu, ce sont les voyageurs qui vont en faire les frais puisqu’ils devront acheter leurs billets beaucoup plus chers. Le fondateur de Bourse des Vols de conclure que les législateurs européens devraient se pencher sur le problème. Il ajoute qu’une caisse de garantie devrait être imposée aux compagnies aériennes, certains de ses clients qui ont été victimes de la défaillance de Spanair doivent encore se battre devant les tribunaux pour obtenir compensation.