Pourquoi ne pas devenir médecin de famille : témoignage d’un jeune interne

BAC+10, environ 80 heures de travail par semaine, 2000 euros nets par mois, le métier de médecin généraliste en France ne se porte pas au mieux. De plus, on note une baisse sensible du nombre de médecins généralistes en France, car les praticiens préfèrent s’orienter vers les spécialisations comme la chirurgie. Un jeune interne à la faculté de médecine Brest s’emploie à faire un témoignage assez poignant.

Un témoignage en réaction de l’annonce du maire de la Roche-Derrien

Après les déclarations tonitruantes du maire de la Roche-Derrien qui expliquait avoir recruté un druide afin de remplacer un médecin, Antoine B., un jeune interne en médecine générale a expliqué dans une lettre pourquoi il ne voudrait pas devenir un médecin généraliste en France. Entre des tarifs de consultation très bas, un rythme de travail intense et une pression permanente de la sécurité sociale et de l’assurance maladie, le médecin généraliste connait des conditions sociales et de travail tout à fait dégradantes. Cette lettre a sonné comme un véritable cri du cœur voire une tribune politicienne qui invite à s’interroger sur l’avenir de la médecine de famille en France.

En s’adressant directement au maire de la ville, ce jeune interne fait étalage de tous les obstacles que rencontrent les praticiens généralistes et qui font surtout hésiter les jeunes médecins en devenir. S’exprimant dans un journal spécialisé, « Le Quotidien du Médecin », il affirme que toutes les mesures prises par le gouvernement actuel avec une réelle mainmise de plus en plus forte sur les caisses d’assurance maladie. Il faut dire que cette déclaration a largement été saluée par la première adjointe du maire de Caen, Sonia de la Provôté, qui est aussi médecin référencé sur le site https://www.ubiclic.com/aubagne/pediatrie-maladies-des-enfants/dr-chanavaz-havet-delphine.

Le doute, une généralité chez les jeunes en formation

En France, plusieurs internes expriment de sérieux doutes concernant leur carrière dans le domaine de la médecine généraliste. En effet, après 10 ans d’études, de révisions intenses et d’examens, on se rend vite compte que le salaire est particulièrement vexatoire et que les conditions sociales et de travail ne répondent pas forcément aux attentes. Même si plusieurs facultés de médecine généralistes sont disponibles en France, le principal défi reste le fait de pouvoir concilier le travail de médecin et de recherche. En ce moment, plusieurs jeunes médecins en cours de formation aimeraient envisagent de s’orienter vers d’autres spécialités afin de ne pas subir toutes les tracasseries liées à l’exercice du métier de médecin de famille.