Les persuasions des cigarettes électroniques

Considéré comme un dispositif inoffensif depuis sa création en 2009, la cigarette électronique présente tout de même des risques inévitables pour la personne qui l’utilise. Elle favorise par exemple les risques à la pneumonie et à la grippe selon certaines personnes. Après une expérience sur un animalayant respiré la vapeur d’une cigarette électronique récemment, les scientifiques ont conclu que le système immunitaire de la souris victime s’est affaibli. Sachez tout de même que le propylène glycol, principale essence de l’e-cigarette,est une substance insignifiante qui n’engendre aucune maladie. De même, l’aérosol ne contient aucunetrace de particules métalliques, contrairement à ce qui a été dit.

Un dispositif qui provoque des maladies cancérogènes ?

Les informations en ce qui concerne l’e-cigarette sont tout à fait contradictoires. Les cigarettes classiques sont composées de nitrosamine. Les nitrosaminesrassemblent les agents cancérigènes contenus dans le tabac comme les patches ou les gommes de nicotine. Des études approfondies ont démontré que cette substance toxique n’est pas détectée dans les liquides de la cigarette électronique. De plus, le glycérol ou la glycérine végétale est non toxique. C’est un additif cosmétique qui est souvent utilisé dans les produits pharmaceutiques. Il en est de même pour le propylène glycol, c’est un composé chimique inoffensif pour l’homme, car il est utilisé dans les nébuliseurs pour l’asthme. Ce produit permet de calmer les crises respiratoires des personnes asthmatiques grâce à son pouvoir antiviral et antibactérien. Des études en 2013 sur le propylène glycol ont montré qu’il n’y a aucune crainte, il ne présente aucune toxicité mutagène ou cancérigène chez l’être humain.

Les principes d’utilisation de l’e-cigarette

Comme vous le savez, la cigarette électronique est un dispositif qui produit de l’aérosol qui imite la fumée du vrai tabac. Pour ce faire, il faut chauffer le liquide à vapoter à l’aide de l’atomiseur. Il vous suffit d’enclencher cette résistance chauffante et attendre à ce que le liquide se vaporise en produisant de l’aérosol. C’est à ce moment-là que vous pouvez commencer à inhaler le produit. Pour plus de facilité, l’atomiseur peut être activé automatiquement après aspiration grâce à l’emplacement d’un dispositif placé dans la cigarette électronique. L’avantage du brouillard de micro-gouttelettes ou de l’aérosol est qu’il engendreune odeurspéciale voir même légèrement parfumé. De plus, il ne procrée qu’une demi-vie dans l’atmosphère,car il disparait rapidement à cause du propylène glycol qui l’accompagne. Cliquez ici pour avoir plus d’informations sur la cigarette électronique.