Le décryptage des libellés de télescopes dans les boutiques en ligne

Dans le libellé d’un télescope, vous trouverez sans doute des abréviations telles que N, AC et SC. Ces lettres ne sont rien d’autre que le type de l’instrument. AC désigne, par exemple, une lunette astronomique. Appelé refractingtelescope en anglais, cet instrument est muni d’un ensemble de lentilles. Ce type d’équipement se prête très bien à l’observation de la lune ainsi que des grandes planètes comme Jupiter. Pour voir le ciel profond (les galaxies, les nébuleuses planétaires, etc.), il faut que vous ayez au moins recourt à un Newton. Abrégé N dans le libellé, cet instrument est le plus basique des télescopes. À l’instar des lunettes astronomiques, les télescopes sont dotés principalement de 2 miroirs, à savoir un miroir primaire et un miroir secondaire. Cela dit, dans le commerce, vous trouverez quelques télescopes à la fois muni de lentilles et de miroirs. C’est, par exemple le cas des Schmidt-Cassegrain, noté SC dans les libellés. L’avantage avec ce genre d’instrument, c’est que, généralement, la qualité de leur image est meilleure.

Le rapport f/D ou rapport d’ouverture

Derrière les abréviations des libellés, vous trouverez souvent des chiffres comme 70/700. Il s’agit du diamètre de l’objectif et de la longueur focale. En gros, c’est ce qui va déterminer la performance et la spécification de l’instrument. Dans une lunette astronomique, l’objectif, c’est l’ensemble de lentilles qui se situe à l’entrée du tube optique. Dans un télescope, c’est plutôt le miroir primaire qui sera désigné comme étant l’objectif. Donc, le diamètre de l’objectif n’est autre que le diamètre des lentilles ou du miroir primaire. Quant à la longueur focale, c’est la distance parcourue par la lumière depuis le centre de l’objectif jusqu’au point ou l’image va se former (point focale). Pour information, la performance d’un télescope se calcule par le rapport f/D (f est la longueur focale et D le diamètre de l’objectif), mais dans le libellé, D passe toujours avant f.Idéalement, un télescope destiné à une observation planétaire doit avoir un rapport f/D élevé, au-dessus de 8. Pour un instrument dédié à l’observation du ciel profond, il faut que le rapport f/D soit en dessous de 8 de préférence.

La monture

Après les valeurs utiles pour déterminer la performance des télescopes, vous trouverez le type de monture avec laquelle est vendu l’instrument. Il en existe 3, à savoir la monture azimutale, la monture altazimutale et la monture équatoriale. AbrégésAZ, les montures azimutales sont les plus basiques de toutes. Elles sont dotées d’un axe vertical et d’un axe horizontal qu’il faut guider manuellement. En effet, vus depuis la Terre, les objets célestes semblent en mouvement. Également abrégé AZ et parfois aussi appelé monture azimutale, les montures altazimutale sont des montures motorisé sur ses 2 axes. Elles permettent de suivre des corps célestes, mais pendant une durée limitée.En flânant dans les boutiques en ligne, vous pouvez être porté à confusion par rapport à ces deux types de montures. Pour ne pas vous tromper, il suffit que vous vous référiez aux prix. Il est logique qu’une monture motorisée coûte beaucoup plus cher qu’une monture basique. En cas de doute, n’hésitez pas à voir la description du produit. Enfin, pour les montures équatoriales, elles sont abrégés EQ. En plus des 2 axes motorisés classiques, elles ont un système qui permet de suivre l’objet visé indéfiniment.