Entrepreneurs : comment faire face aux difficultés financières ?

Difficultés financières

 

Maintenir l’activité d’une entreprise est un exercice délicat, qui nécessite un engagement constant de la part du chef d’entreprise et de ses employés. Face à la concurrence et l’économie très changeante, une société peut rapidement se retrouver en difficulté financière.

 

Réaliser une tentative de redressement

 

Pour éviter une telle situation, faire appel à un expert dès les premiers signes de faiblesse permet de restructurer l’entreprise. Avant que l’entreprise ne soit en cessation de paiement, il existe différents mécanismes pour assurer son redressement. Le mandat ad hoc, la conciliation et la sauvegarde sont trois procédures distinctes auxquelles une entreprise en difficulté financière peut avoir recours. Pour chacune d’entre elles, une demande officielle doit être formulée auprès du tribunal concerné. Il en résulte la nomination de mandataires externes pour évaluer la situation de l’entreprise et son possible sauvetage. Dans la remise des différents documents comme dans la négociation avec les différents acteurs, la présence d’un avocat spécialisé permet d’assurer que les intérêts de chacun soient respectés.

 

Lancement de la procédure de liquidation

 

Malheureusement, si l’entreprise est en cessation de paiement, c’est-à-dire qu’elle n’est plus en mesure de payer ses créanciers, elle doit déposer son bilan auprès du tribunal. La liquidation judiciaire est la dernière étape d’une entreprise, celle qui met fin au projet entrepreunarial. Elle se doit d’être menée dans les meilleures conditions sous peine de sanctions envers le chef d’entreprise. Celles-ci peuvent aller d’une contribution aux dettes sociales à l’interdiction de gérer en France. Il est donc important de suivre scrupuleusement les étapes d’une liquidation judiciaire.

 

Une fois que l’entreprise a remis les documents prouvant la cessation de paiement dans les temps requis. Le tribunal désigne un ou plusieurs liquidateurs chargé(s) de liquider l’actif de l’entreprise pour en apurer le passif. Plus simplement, il s’agit de trouver un moyen de rembourser les créanciers de la société. Durant cette période, le liquidateur assure également la gestion administrative de l’entreprise. La liquidation judiciaire entraîne la nomination d’un juge-commissaire chargé de s’assurer que les intérêts de toutes les parties sont respectés au cours de la procédure.

 

Clôture de la liquidation judiciaire

 

Lorsqu’une solution a été trouvée pour l’ensemble des créanciers, c’est la clôture de la procédure de liquidation. Celle-ci peut aussi entraîner la radiation de la société auprès du registre du commerce. L’entreprise cesse complètement son activité et les employés sont licenciés pour motif économique. La seule façon d’empêcher cette situation est bien entendu la reprise de l’entreprise par un autre acheteur.