Autoroute A1 : les vols à la portière ne sont pas encore maîtrisés

La portion de l’autoroute A1 qui relie la Porte de la Chapelle aux aéroports de Bourget et de Roissy est la scène de nombreuses agressions perpétrées par des individus à pied ou en scooter. Ces malfrats profitent des embouteillages pour briser les vitres latérales des véhicules et dérober les biens des passagers. Il s’agit d’un fléau que les autorités n’arrivent pas à maîtriser jusqu’ici malgré l’intensification du dispositif de sécurité.

Les touristes sont les principales cibles des voleurs

D’après le constat de Richard Vainopoulos, président du réseau TourCom et de Ludovic Bonnet, délégué syndical unité SGP Police 93, les voleurs visent tout particulièrement les touristes fortunés qui atterrissent avec leurs avions privés à l’aéroport de Bourget et les Asiatiques qui voyagent le plus souvent avec de l’argent liquide. Ils s’en prennent également aux femmes seules qui ont leurs sacs à main sur le siège passager. En principe, les victimes sont repérées et suivies depuis les aéroports.

Ces agressions ont lieu régulièrement le soir et parfois le matin, sur plusieurs endroits de la portion la plus fréquentée de l’autoroute A1. De nombreux témoignages ont démontré que plusieurs chauffeurs de taxi ont été victimes de vols à la portière en transportant des passagers ciblés par les bandits.

Il faut à tout prix arrêter ces vols à répétition

Pour sa part, Richard Vainopoulos déclare avoir alerté les autorités en 2013, mais rien de concret n’a été entrepris pour arrêter ce phénomène qui entache l’image de la France à l’international.

À son avis, il faut adopter certaines mesures visant à rassurer les touristes : surveillance policière renforcée dans les aéroports et à Paris, arrestation des malfrats, et extension de la hauteur du grillage sur une centaine de mètres au niveau du tunnel du Landy.

Les professionnels du tourisme ne peuvent pas rassurer la clientèle tant que les autorités françaises ne font pas preuve de plus de réactivité face à ce fléau. D’autant plus que les touristes asiatiques qui viennent en France ont vraiment peur de se faire agresser et se faire dérober leurs bijoux et argent.