Aperçu sur les nouvelles normes à respecter en matière de traitement de données

Actuellement, la plupart des entreprises et des établissements publics proposent des services en ligne. Il s’agit en effet d’une solution efficace pour se rapprocher des particuliers. Toutefois, cela implique également la collecte des données personnelles des citoyens. Afin d’exercer leurs activités de manière légale, les structures présentes sur internet doivent se mettre en conformité aux nouvelles règles de protection des données.

L’essentiel à savoir sur la protection des données

La plupart des gens ignorent que les sites web récoltent les données concernant les visiteurs. En créant un compte sur les réseaux sociaux, on livre de plusieurs informations personnelles qui seront conservées par le système. Cela expose tout un chacun à de nombreux dangers. Un pirate informatique peut dérober des fichiers sensibles. De même, la société responsable peut revendre ces données à d’autres entreprises. Tout cela constitue une atteinte à la vie privée de la victime.

Afin de prévenir ces situations, la commission européenne a promulgué le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). Ce texte renforce les droits des citoyens sur leurs propriétés numériques. Cette réglementation soumet les établissements concernés à de nouvelles obligations.

Les structures qui traitent ou qui récoltent des données doivent mettre tout en œuvre pour assurer l’inviolabilité de leurs systèmes. Cela implique la mise en place d’un registre de traitement et l’adoption de nouvelles méthodes de travail. La Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL) a été créée pour accompagner les PME et les grandes entreprises dans cette voie. Cette entité se charge également des contrôles de conformité. Il est donc crucial de se rendre au siège de la CNIL.

Comment se conformer au RGPD ?

Comme évoqué précédemment, créer un registre de traitement sera une étape incontournable pour se conformer au RGPD. Pour ce faire, il faudra répertorier les traitements de données et hiérarchiser les workflows. Ces opérations exigent des compétences particulières et des connaissances techniques approfondies. Pour mener à bien toutes les tâches à accomplir, il est vivement conseillé de solliciter un Data Protection Officer (DPO). Ce dernier sera en mesure d’effectuer un tri de données selon leur importance et selon les éventuelles réclamations reçues.

Il faut savoir que le registre servira principalement à exaucer les demandes des internautes. Les utilisateurs d’un service web peuvent maintenant récupérer leurs fichiers personnels quand ils le souhaitent. Conformément aux dispositions du RGPD 2018, la mise en place de ce système sera aussi nécessaire pour respecter le principe d’accountability.

Le DPO donnera également des indications sur les nouvelles habitudes à adopter. Il faudra prendre certaines précautions pour écarter les risques d’exfiltration de données. Ainsi, les mots de passe seront modifiés assez régulièrement. De même, il est crucial d’établir plusieurs niveaux d’accès. Cela sera essentiel pour responsabiliser le personnel.